l'aventure ensemble...
...ou quelques émotions à partager !


Accueil
Qui suis-je ?
Archives
Mes amis

Album photos

Rubriques

Culture et tradition
Faune en tout genre
Paysages et flore
Sous la mer...
Vie quotidienne
Voyages...

Mes amis


Menu

Scden CGT Mayotte
Association Naturalistes de Mayotte
La cimade
RESF Mayotte


Manifestation pour la retraite

 

Si l'on n'a pas mis à jour le blog depuis longtemps, c'est aussi que le gouvernement nous laisse peu de répit avec l'empilement de ses mesures injustes.

Les quelques photos ci-dessous reflètent la belle mobilisation sur ce petit bout de France le 23 septembre.

 

A Mayotte, la situation est un peu particulière : les retraites, comme le droit du travail, ne sont pas alignées sur la Métropole, et les quelques bénéficiaires de la retraite (l'espérance de vie dépassait jusqu'à présent de peu les 60 ans !) touchent moins de 300 euros par mois !

 

 

 

 

 

Outre la réalisation de banderoles, Morgane s'occupe aussi au quotidien de la mise à jour du site de la CGT Educ'action de Mayotte. Si vous souhaitez suivre l'actualité sociale de l'île : www.cgt-mayotte.info

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 19:26 le 27/09/2010 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

La saison des baleines...

C'est la rentrée à Mayotte.

Le blog n'a pas évolué depuis très longtemps. Ce n'est pas faute d'avoir fait des tas de choses, bien au contraire.

Promis, on reprend très vite le compte rendu de nos multiples activités...

 

La rentrée, c'est aussi la période des balienes. Assez farouches cette année, nous avons néanmoins pu admirer quelques spécimens particluièrement spectaculaires, cette baleine nous gratifiant d'une quinzaine de sauts à une cinquantaine de mètres du bateau !

 

 

 

 

La rentrée est également synonyme du retour sur les plages. Gallien et Yanis s'en donnent à coeur joie !

 

 



Publié à 21:12 le 26/09/2010 dans Sous la mer...
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Festival 2010

 

Nous avons assisté hier à la dernière séance du festival de l'image sous-marine. Le final fut émouvant : le chant des baleines était reproduit à la contrebasse par Bernard Abeille, accompagné d'images incroyables.

Films, photos et musiques nous ont fait rêver. Evidemment, nous sommes des privilégiés et pouvons profiter ici d'un environnement exceptionnel.

Ce fut aussi l'occasion de prendre des contacts pour les prochains projets qui me tiennent à coeur...

 

 



Publié à 10:55 le 6/06/2010 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Vacances à Maurice

 

Mea culpa, voilà plusieurs semaines, mois, que nous ne donnons plus de signe...

C'est que nous avions la tête ailleurs et le coeur à la dérive.

Mais le quotidien reprend le dessus.

Nous remontons donc un peu le temps. L'île Maurice est à quelques heures de vol de Mayotte. Un autre parfum, une autre histoire, une autre civilisation nous y attendent. Nous sommes impatients de découvrir de nouveaux paysages et un peuple réputé pour son hospitalité.

 

 

 

 

Ce sont surtout les montagnes et randonnées qui nous attirent. La mer est bien sûr magnifique mais le lagon de Mayotte n'a rien à lui envier. Nous privilégions donc les excursions "vertes".

 

 

 

 

D'autres couleurs chatoyantes nous surprennent sur les marchés bondés d'aliments et de tissus de toutes sortes. L'ambiance est effervescente et les vendeurs si "commerçants"...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous retrouvons au Jardin de Pamplemousse la végétation tropicale, apprivoisée et mise en scène.

Quelques nouvelles espèces florales nous séduisent davantage. Nénuphars et fleurs de lotus diffusent leur douceur et leurs parfums.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Séances visites !

La culture mauricienne nous était jusque là totalement inconnue (on assume...). On s'imprègne de cette histoire coloniale, définissant peu à peu les contours d'un peuple aux origines si variées. Cette diversité se retrouve au quotidien : couleurs de peau, religions et coutumes, langues, tenues vestimentaires, alimentation... des alliances étonnantes !

 

Voici donc le musée du sucre, aménagé dans une ancienne sucrerie. Cette industrie a constitué pendant de nombreuses années les ressources économiques du pays. Des salles thématiques présentent l'histoire de l'île et du sucre ainsi que les propriétés gustatives du sucre. De quoi émoustiller le palais...

 

 

 

 

Plus au sud, à Mahebourg, nous visitons une entreprise artisanale, la biscuiterie Rault fondée en 1870. La fabrication des biscuits y est restée traditionnelle. Les conditions de travail datent quelque peu ! Les tâches sont essentiellement manuelles. Si le touriste (que je suis aussi) considère cela avec curiosité et intérêt, les salariés, eux, apprécieraient sans doute une mécanisation de l'activité. Sans parler de l'âge de la retraite qui, semble-t-il, n'a pas de limite dans ce pays marqué par le capitalisme avec un grand C (une affaire qui ferait rêver notre gouvernement !)

Cela dit, nous y avons passé un très bon moment. Nous avons dégusté les fameux biscuits à l'heure du thé. Et les ouvrières, affairées et concentrées, ont même initié Maëlis à l'empaquetage...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après un passage à la cascade de Chamarel, nous découvrons les Tamarin Falls, impressionnantes et magnifiques. Les sentiers balisés sont quasiment inexistants. Il nous a donc fallu faire appel à un guide. La pratique est courante et indispensable pour traverser forêts et rivières en toute sécurité !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté religion, c'est un délice de couleurs.

Nous nous sommes bien sûr penchés sur les préceptes. Ils ne sont guère plus convaincants qu'ailleurs. De jolis contes, sans fées, mais avec des personnages fabuleux, des aventures incroyables et des morales contestables, comme il se doit.

Nous nous sommes délectés de ces êtres atypiques, de ces palais éclatants, de leurs ambiances psychéliques, parfumées à l'encens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grand Bassin, symbole du Gange, est le lieu de pélerinage le plus sacré de l'île pour les hindous. Chaque année plusieurs milliers de croyants s'y retrouvent lors de la fête de Maha Shivaratree.

 

 

 

 

Nous voici sur les "Terres de couleurs de Chamarel", succession de monticules de terres dénudés aux couleurs variées. Il y aurait 7 teintes distinctes.... Cet éventail est le résultat de l'érosion de cendres volcaniques, composées d'oxydes de divers minéraux.

 

 

 

 

Le thé est une culture très développée. Pour des raisons de climat et d'histoire (colonisation anglaise, entre autres), ce breuvage est courant à Maurice et l'exportation importante. Visite et dégustation de cette plante s'avéraient (presque) évidents...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moment précieux tant il est devenu hors du commun depuis que nous vivons loin de la métropole... Un concert de musique classique, sous la direction du chef d'orchestre Brad Cohen.

Une trentaine de musiciens nous ont bouleversés pendant près de deux heures (je l'avoue, mon émotion a été plus grande que celle des enfants... ils apprécieront mieux plus tard).

 

 

 

 

 

Autre atmosphère... la Fête des couleurs et des moissons, tradition de l'une des multiples religions locales. Elle se nomme Holi (du nom de la soeur d'un roi qui... pour plus de détail, appelez moi) et consiste à se lancer de l'eau colorée en rouge, bleu, vert, ou violet, au visage et sur les vêtements. Gare à celui qui s'approche ! Même les animaux participent à (subissent ?) cette coutume.

 

 

 

 

Petit tour dans les cuisines de Maurice. Entre petits plats à emporter et grands mets à déguster, nous nous pourléchons les babines. Bien sûr Gallien est aux premières loges !

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous arrêtons quelques heures à Port Louis. Nous ne visitons que quelques lieux typiques, il y a tant à faire ! Autour du port les styles architecturaux se mélangent et forment un ensemble surprenant et harmonieux.

 

 

 

 

Quand nous ne sommes pas en balade, visite, concert... les enfants en profitent pour s'évader... dans la piscine ! Et pourtant la mer est à quelques mètres. "Mais, c'est pas pareil."

 

 

 

 

 Séquence animalière. Entre douceur et terreur, nos coeurs balancent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ah, ben voilà, la mer, c'est pas mal non plus. Mais attention aux courants, aux rochers, aux requins... enfin de quoi se créer des sensations.

 

 

 

 

Petit clin d'oeil aux phares bretons et normands !

Voici le phare de la Pointe aux Caves. Inauguré en 1910, il est toujours en service. Il mesure 30 mètres de haut et nous sommes grimpés à son sommet. Oui, c'est un exploit pour Serge qui n'a pas lâché la main de ses enfants (enfin presque puisqu'il n'a que deux mains) et leur a mis la pression tant il angoissait. Naturellement, la vue est superbe !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis, il y a tout le reste... on en reparle cet été et on vous fera une soirée diapos dans quelques années ou plus si affinités.



Publié à 09:30 le 26/05/2010 dans Voyages...
Commentaires (3) | Ajouter un commentaire | Lien

Fenêtre sur l'envers

 

Bon, allez, quelques images moins brillantes, moins rassurantes...

J'ai jusqu'alors opté pour une mise en scène plutôt paradisiaque. Oui, Mayotte est magnifique. Mais chacun sait que l'île vit aussi des réalités sociales et économiques difficiles voire dramatiques. Quant aux aspects environnementaux, je les ai déjà évoqués à plusieurs reprises...

L'objet de ce blog n'était pas de mettre en lumière les côtés négatifs de l'île. Je ne les ai pas cachés, mais pas non plus exposés. Cela dit, j'en ai parlé à beaucoup d'entre vous, en privé. On ne peut pas échapper aux conditions de vie locale, à la détresse, aux incohérences et injustices des politiques menées, aux insuffisances et dysfonctionnements de nombreuses structures.

Il en résulte de la révolte ou du dégoût. Cela dépend des jours, des moyens de vaincre un tant soit peu ces réalités.

Alors pour ceux qui me demandent comment va Mayotte en dehors de ces belles plages de sable, de la barrière de corail, des palmiers et cocotiers sous le soleil couchant, voici quelques clichés de ce qui nous entoure, aussi...


Ces derniers mois, la politique du Conseil Général est à l'économie. Il faut dire que ses comptes sont dans le rouge foncé : mauvaise gestion qui dure et traîne jusqu'à ce que cela craque. Les conséquences sont multiples. Les associations en souffrent particulièrement.

 

Un seul musée existe à Mayotte, soutenu et défendu par l'association des Naturalistes de Mayotte : plusieurs salariés ont été licenciés depuis le mois de janvier et le musée risque de fermer. On ne peut pas vivre que de bénévolat... L'association mène de nombreux projets, réalise des actions pédagogiques qui devraient être financées par des fonds publics. Et pourtant, il faut constamment se battre pour défendre des intérêts collectifs et valoriser des richesses naturelles.

 

 

 

 

 

Environnement...

 

Entre deux pub sur la prévention et l'hygiène (tiens, là on a trouvé de l'argent, la campagne concernant la grippe H1N1 a été très médiatisée ici aussi...), on oublie que sur les bords de route, des déchets gisent par centaines de kilos. Cela dit, les carcasses de réfrigérateurs sont récupérées par les paysans qui s'en servent d'abreuvoir pour les zébus ! On évitera de regarder l'état sanitaire de ces espaces "naturels".

 

 

 

 

Voici quelques kwassas à l'histoire mouvementée. Ils sont désormais emprisonnés, avant une destruction probable. Leurs passagers sont soit restés au fond de l'eau soit renvoyés dans "leur" pays, de l'autre côté des Comores. Dans quelques semaines ils retenteront l'aventure. Ce n'est qu'une question de survie...

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, grosse déception. Je n'ai pas vu notre Président ! Et non, il n'a pas voulu voir nos drapeaux flotter dans le bleu des cieux mahorais. Malgré les accords préfectoraux, notre manifestation (totalement pacifiste, manquerait plus qu'on soit agressif), s'est vu arrêtée 500 mètres avant le lieu de l'élocution présidentielle... Même les flics semblaient hésitants tant nos "droits" étaient évidents.

 

En régime démocratique ? Liberté, égalité, fraternité ? Non, c'est pas possible ? Ou alors, j'ai raté un cours d'histoire et maîtrise mal la définition de ces termes. Cela dit, ces notions devraient bientôt disparaître de nos apprentissages. A l'avenir, un bon citoyen français ne devrait pas développer une réflexion abusive...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors quoi, aurais-je perdu tout mon esprit revendicatif ? Mon énergie, ma combativité ?

Impossible... Trop de lectures subversives, trop d'idéaux en héritage, trop de fréquentations contestataires.

 

C'est donc au coeur de la CGT Mayotte que l'on peut, aussi, rencontrer des personnes soucieuses de leur avenir et de celui de l'île. C'est là qu'on peut apprendre à mieux se connaître et à se respecter, là qu'on peut aussi faire des rencontres riches et encourageantes. C'est enfin avec ces adhérents qu'on peut espérer améliorer les conditions de travail et de vie des locaux. Tout n'est évidemment pas parfait, il y a du chemin à parcourir, mais ce genre d'échanges donne de l'énergie et rassure un peu. Depuis une dizaine d'années, des droits ont été acquis.

 

 

                  

 

 

 

 

Et puis, il y a le Scden CGT où j'oeuvre particulièrement cette année. Voilà du temps et de l'énergie pour défendre des idées et des conditions de travail de plus en plus bafouées...

Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à vous balader sur notre site (en lien), c'est un autre sujet que celui de ce blog. C'est une autre partie de ma vie ici, importante.

 

 

 

 

 

 

Voilà pour cet aperçu plus critique.

Je viens de mettre en lien les sites des associations dans lesquelles nous sommes investis. Cela résume bien tout ce que nous n'abordons généralement pas ici, à bon entendeur...

 



Publié à 19:19 le 15/02/2010 dans Vie quotidienne
Commentaires (4) | Ajouter un commentaire | Lien

La pêche aux crabes

 

Un ami vient de nous initier à la pêche aux crabes de mangrove. Nous avons donc passé une matinée très agréable, dans une baie magnifique, à traquer ce crustacé à la forme caractéristique.

 

Quelques minutes de marche dans la mangrove suffisent pour rejoindre le point de départ de cette partie de pêche. Le paysage est magnifique...

 

 

 

 

 

Le crabe de mangrove se pêche au Mabawa, qu'il faut solidement accrocher au bout d'une ligne, puis jeter à quelques mètres. Gallien a du s'y reprendre à plusieurs fois au début, mais a vite acquis cette technique ancestrale...

 

 

 

 

Dès que le crustacé a "goûté" au mabawa, il faut le tirer lentement jusqu'à "l'homme à l'épuisette", qui, d'un geste assuré et vigoureux, attrapera la bestiole.

 

 

 

 

 

Belle prise. Mais attention à ne pas mettre ses doigts, les pinces étant d'une puissance étonnante.

 

 

 

 

Bonne pêche pour cette matinée. Rinçage et brossage sont les ultimes étapes de préparation des crabes, avant un "endormissement" au congélateur.

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le chemin du retour, un petit crabe violoniste, étonnant avec son corps bleu et sa pince plus grosse que lui, nous menace dangereusement...

 

 



Publié à 20:17 le 14/02/2010 dans Paysages et flore
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Noël au soleil

 

Petit tour d'horizon de ces vacances d'été austral...

 

On commence par la mer, lumineuse, chaude (parfois trop !), fourmillante de vie. Quand on vient de Normandie, pour quelques jours ou années, on est admiratif, voire envieux de ces rivages quasi désertiques et aux couleurs éclatantes. Loin de moi l'idée de ternir l'image des côtes atlantiques, certaines dans la Manche sont tout aussi superbes. Mais le climat ne se prête guère aux baignades prolongées et les fonds sont malheureusement moins captivants.

 

On profite donc du soleil, des températures, de la douceur de l'eau et du sable chaud. Les top nous protègent des coups de soleil sournois (non, ils ne sont pas là pour résister au froid..).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'îlot du Nord est une petite merveille de l'océan. Seul bémol (et sans doute avantage pour les oiseaux qui s'y reposent), il est difficile d'accés !

 

Les enfants, et leurs parents, se souviendront de ce périple. Quelques sensations fortes en mémoire et un retour un peu abasourdi...

 

 

 

 

Passons au vert...

 

Paysages de brousse, parsemés d'animaux "pas toujours" domestiques, à travers le Lac Kariani et la retenue collinaire de Combani.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui, nous sommes à la saison des pluies. Et nous ne décevrons pas Laurent : il a plu ! Mais ce n'est rien en comparaison de ce que l'on vit depuis le départ de la famille Lefort... Pas une journée sans pluie torrentielle sur toute l'île ! Un vrai déluge comme on en n'a guère l'habitude. Heureusement cela est passager, juste un élan de solidarité avec les métropolitains qui subissent des températures polaires...

 

 

 

 

Cher Mathieu,

 

Les quelques images que nous présentons sont le témoignage de l'engagement total de Thomas dans une aventure extraordinaire.  Non seulement il s'est investi corps et âme dans la découverte d'une île reculée, sauvage, au climat tropical éprouvant. Mais il a su convaincre sa famille de l'accompagner. Ce soutien moral fut en effet primordial. Sans Virginie et les enfants, jamais Thomas ne serait parvenu à relever un tel défi. Khô Lanta et Fort Boyard ne sont que de médiocres exploits comparés aux risques et épreuves physiques surmontés par ton ami.

De tout notre coeur nous félicitons Thomas, un homme qui n'a peur de rien, un père de famille responsable, un être qui a su affronter la vie, la vraie.

 

Traversée instable d'une rivière sauvage, afin d'atteindre une cascade lointaine (des heures de marche pour trouver de l'eau douce et fraîche)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Départ en bivouac, deux jours loin de toute population. Les enfants nous encouragent.

 

 

 

 

 

 

 

Il faut pêcher pour se nourrir... mais de dangereux animaux surprennent notre héros. Thomas ne doit pas toucher ces poissons aux nageoires venimeuses et mortelles.

 

 

 

 

Le soleil se couche. Thomas n'est pas parvenu à nourrir le groupe. Heureusement les enfants ont rapporté de leur pêche un calamar, nous pourrons savourer l'animal cuit au feu de bois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loin de toute civilisation, l'homme se plait à méditer. Qui suis-je ? Ou vais-je ? Que mange-t-on ce soir ? Il lui arrive même de ne plus penser. Il s'abandonne alors dans la douce contemplation des éléments naturels...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouveau défi. Les dauphins sont tout autour de nous, tourbillonnant et vrillant dans les airs...

Il n'y a plus qu'à se mettre à l'eau pour les admirer et peut être les entendre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà, après des heures d'entraînement, une rigueur extrème, une persévérance de professionnel et un don évident, la prise de notre chasseur émérite.

 

 

 

 

Les enfants se sont également surpassés.

Rencontre d'animaux sauvages, créations d'oeuvres artistiques, pratique de sports aquatiques et unité à toute épreuve...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 14:25 le 10/01/2010 dans Vie quotidienne
Commentaires (4) | Ajouter un commentaire | Lien

Des extérieurs...

 

Voici pour notre Chouchou préféré des espaces extérieurs...

Malheureusement tes plantations n'ont pas survécu ! Est-ce ta main verte normande qui a fait défaut ou le terrain inadapté à l'espèce plantée ? Mystère... Les roses de porcelaine, que tu avais tant choyées, sont perdues. Cela dit, que cet échec n'engendre point de désespoir : nous t'inviterons dès notre retour dans l'Orne à des parties de jardinage. Iris, tulipe, lupin, pensée... (tiens, ça me rappelle un jeu) n'auront plus de secret pour toi !

 

 

 



Publié à 13:32 le 10/01/2010 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Le monstre du lagon !

 

Voilà ce qui pointe son nez régulièrement hors de l'eau si l'on se concentre quelques minutes sur la surface du lagon...

Un animal préhistorique ? Venu des profondeurs aquatiques ? Qui srute nos rivages ?

Un peu tout ça à la fois mais si inoffensif que c'est un plaisir d'apercevoir cette gueule surgir des fonds !

 

 

 

 

 

D'en dessous, c'est une tortue paisible et majestueuse que nous observons. A la recherche de nourriture, elle survole les herbiers. Oui, la tortue vole... j'insiste. Gracieuse et lancinante, elle semble fendre l'eau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La famille Lefort fait connaissance avec la tortue verte, la plus facile à rencontrer tant les herbiers sont accessibles. Un peu trop même... Ces espaces sont malheureusement très fragiles et nécessiteraient d'être protégés. Aujourd'hui, cela n'est pas la priorité des autorités publiques... et pourtant les enjeux (environnementaux et indirectement économiques) les concernent.

 

Mais ne voilons pas ce moment magique : vous constaterez l'aisance aquatique de Thomas, Virginie et Manille. Stabilité, synchronisation, concentration et tout ça en apnée !

 

 

 

 

Voici une tortue imbriquée, plus rare. Celle-ci se croise davantage sur le tombant du platier. Elle est plus allongée et aplatie que la tortue verte, et possède un bec fort et crochu.

 

 

 

 

Fin de journée, nous rentrons au port... et croisons deux tortues qui s'accouplent. Ces masses sont impressionnantes à la surface de l'eau et l'accouplement est souvent éprouvant pour la femelle qui doit supporter le poids de son compagnon.

 

 

 

 

Dernier hommage à cet animal incroyable, à la présence si apaisante...

 

 



Publié à 22:31 le 9/01/2010
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Mise en bouche

 

Nous sommes bien loin des neiges et grands froids métropolitains et pourtant... Noël garde toute sa féerie et les préparatifs sont plus que jamais essentiels au plaisir de cette période !

 

Après les décorations de papier, ce sont les réalisations culinaires qui occupent toute l'attention des enfants.

 

Voici donc pour Mamick, quelques clichés des origamis patiemment créés... Nous ne nous sommes presque même pas énervés ! Chacun a pu finaliser son chef d'oeuvre avec fierté et (pour ma part) soulagement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passons aux choses sérieuses, avec pour guide principal Gallien, cuisisnier en herbe et gourmand professionnel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui, nous faisons des truffes au chocolat (on pose même pour la réclame).

 

Pour tous les experts, je ne vous raconte pas la galère : rouler des boules de chocolat, puis les enrober de poudre de cacao,  relève de l'exploit sous nos climats !

 

Qu'à cela ne tienne, nous nous sommes surpassés : tradition et gourmandise obligent...

 

 

 

 

Tout le monde s'y attèle. C'est sans aucun doute le meilleur moyen d'apprécier les plats préparés et de patienter jusqu'au soir tant attendu. Nous finirons néanmoins l'après-midi sur la plage de Sohoa, sous le coucher de soleil du 24 décembre 2009...

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 21:21 le 30/12/2009 dans Vie quotidienne
Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien

Aquarium en vacances

 

 

Nous voici en vacances pour quatre semaines : l'été austral est une période chaude et humide où les cadences se ralentissent... Un peu de repos est grandement bienvenu pour petits et grands.

 

Seul regret pour les quelques élèves du club aquarium : on délaisse nos "trésors" ! Bien sûr, ces derniers seront nourris par quelqu'un... mais de façon épisodique et puis, surtout, nous ne serons pas là pour surveiller l'équilibre de cet univers... Difficile donc de se séparer de cette activité. Hier encore, un élève croisé dans la rue me demandait si nous pouvions quand même aller y faire un tour... Hé non, alors comme on dit si souvent ici : Inch Allah ! Rassurez-vous, nous ne comptons guère sur lui en la matière.

 

Voici donc quelques images de nos trouvailles et pérégrinations. Je vous laisse découvrir ce qui procure tant de plaisir aux jeunes du collège, à quelques adultes aussi...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 11:51 le 16/12/2009
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Youhouou ! (*)

 

(*) Cette expression, généralement exclusivement utilisée en présence de quelques intimes qui se reconnaitront, exprime alternativement la surprise, la satisfaction, le bonheur d'un instant ou l'émerveillement... bref, c'est un signe gutural récurrent lors des petits ou grands plaisirs du quotidien.

 

Et aujourd'hui, quel bonheur : lors d'une expédition "chasse" avec quelques copains, au nord de M'tsamboro pour les connaisseurs, nous avons eu la chance de rencontrer une baleine et son baleineau... et de nager avec eux !

 

Moments inoubliables évidemment que de se retrouver à moins de 5 mètres d'un animal de plus de 20 tonnes, maintenant volontairement son petit au dessus de lui. La baleine veut-elle protéger son petit, le rassurer, le guider ?

 

Nos palmes nous semblent bien petites lorsque l'on souhaite suivre un instant ce mammifère géant ou simplement s'écarter pour ne pas rester sur son passage. C'est qu'un petit coup de caudale propulse cette masse, élégamment, à une vitesse surprenante. Nous quadriceps nous paraissent alors bien ridicules...

 

Bref, c'était magique, et j'espère bien pouvoir partager cela lors de la prochaine saison des baleines (qui se termine fin octobre) avec le reste de la famille.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette journée "chasse sous-marine" s'est plutôt bien déroulée : les prises ont été bonnes. Même si la photo de mise à l'eau n'est qu'une reconstitution (vous ne vous en seriez pas douté ?), les clichés suivants ne présentent que le résultat de la matinée, lors de la pause pâté-fromage-vin rouge. Tant qu'à être chasseur, autant en adopter toutes les caractéristiques...

 

Cela dit, ces poissons sont débusqués entre 12 et 18 mètres de profondeur. Il en reste donc pas mal en fin de journée, que nous n'avons fait qu'admirer lors de nos apnées successives.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 17:10 le 25/10/2009 dans Sous la mer...
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Trois héros en balade...

 

Ils sont tout blancs, puis un peu rouges. Ils mettent des casquettes et de la crème solaire, goûtent aux mabawas et se régalent de punch coco. Vous avez deviné : nous avons de la visite !

 

Première balade en famille : les 210 marches d'Acoua, avec un panorama magnifique sur les îlots du Nord (Choisil et M'tsamboro).

 

 

 

 

 

 Et c'est parti pour 15 jours dans l'eau. Les premières brasses sont timides, mais la beauté des fonds sous-marins prend vite le dessus sur les appréhensions initiales...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toujours plus haut, toujours plus fort : la soixantaine arrivant, plus rien ne les arrête. C'est donc avec les "Happy Divers" que nos trois héros vont relever le défi d'une exploration sous-marine initiatique. Oui, oui : avec de l'eau au-dessus de la tête. Même Chouchou et Cacahouette n'ont pas osé.

Nos intrépides ont même été félicités par les moniteurs : ce sont de brillants élèves...

 

 

 

 

 

 

 

 

Evidemment, la Kayak dans ces conditions est un peu moins risqué. Mais on va aussi moins vite. En tout cas, les fous-rires sont garantis, le soir autour du punch !

 

 

 

 

Découvertes des différentes facettes de l'île aux parfums... La mosquée et le linge en phase de séchage, l'alambic qui permet de produire la fameuse huile d'Ylang-Ylang, ou encore l'arrêt chez le poissonier d'Hamouro, au sud est de l'île (un régal, cette carangue au barbecue).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rencontre avec les animaux et la faune du coin, puis activité quotidienne traditionnelle. C'est qu'il faut bien le préparer, ce punch coco !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bivouac à Mutsumbatsu a permis de rencontrer une baleine (non, non, pas sur la plage), mais également d'assister à une ponte de tortue, et accessoirement à un magnifique coucher de soleil...

Evidemment, le réveil est un peu difficile...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

Les activités nautiques offrent bien évidemment leurs lots de surprises. Une rencontre avec des dauphins tachetés restera gravée dans les mémoires : le matin, en nageant durant plus d'une demi-heure avec eux, puis le soir, au retour, par leurs pirouettes dans le coucher de soleil.

Comment ? Ils ont eu de la chance ?

Ben vous n'avez qu'à venir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 11:18 le 19/10/2009 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Club aquarium au collège

 

Le voici enfin, trônant au CDI du collège de Tsingoni...

 

Ces premières semaines ont été efficaces : mise en eau, création d'un univers aux couleurs locales (sable blanc, coquillages magnifiques, corail...), inscription des élèves (et malheureusement refus de plusieurs d'entre eux, les places étant nécessairement limitées), et puis premiers êtres vivants !

 

 

 

 

Voici quelques uns des explorateurs de nos rivages...

 

Avant les premières pêches collectives prévues en novembre, nous avons abordé quelques notions : comment fonctionne un aquarium ? qu'est-ce qu'un écosystème ? pourquoi y a-t-il des marées ? à quel moment devons-nous aller pêcher ? que peut-on trouver en bord de mer ?...

 

Chacun s'intéresse et s'investit. Je suis épatée par la curiosité de ces jeunes "naturalistes" qui ne cessent de poser des questions et s'enthousiasment de cette expérience.

 

 

 

 

Voici les 150 litres d'eau de mer, oui, cela vient de nos plages, oui, il y a de vrais poissons dedans, oui le sable provient de Mayotte, oui, promis, nous irons voir des tortues, celles que vous n'avez jamais vues et qui bordent nos côtes...

 

Les questions des élèves me semblent si incroyables ! Je suis heureuse de pouvoir partager avec eux cette aventure et de les aider, à ma mesure, à mieux connaître les richesses de Mayotte, leur île.

 

 

 

 

Quelques habitants peuplent ce petit univers : poissons (Apogons, Bagnards, Demoiselles Princesses et même une murêne !), Bernards l'Ermite, oursin et divers mollusques. 

Nous enrichirons dans quelques jours ce "trésor". Ce sera alors aux élèves de faire preuve d'adresse et de patience, d'observation et de persévérance... et de prendre du plaisir !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 21:36 le 15/10/2009
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Spectacle à marée basse...

 

C'est une grande marée : coefficient 110 ! Il faut en profiter pour admirer, scruter, rêver devant les beautés accessibles du lagon.

 

Direction Petite-Terre, plage des Badamiers, qui abrite des "piscines" fabuleuses durant quelques heures. Nous nous levons tôt pour arriver marée descendante, le temps est précieux...

 

 

 

 

Il faut traverser un herbier pour accéder aux crevasses tant convoitées. Nous sommes attentifs et évitons au maximum de marcher sur les pousses, alimentation indispensable aux tortues marines. Ces herbiers sont malheureusement menacés sur plusieurs rivages de l'île. La fréquentation accrue de certaines plages et la méconnaissance des plaisanciers détériorent cette flore, vitale aux tortues.

 

 

 

 

 Je pars à l'assaut des premières mares, sous un soleil accablant... Mais quel plaisir de découvrir cette vie frétillante ! Je marche doucement. Ne pas effrayer les poissons, écouter le frémissement de l'eau, attendre l'animal tapi sous une pierre, le dévorer des yeux lorsqu'il redevient confiant...

 

 

 

 

Voici un crabe, minuscule, d'à peine un centimètre... Je ne l'ai pas tout de suite vu. J'étais occupée à observer un poisson lorsque j'ai entendu un drôle de bruit au coeur d'un corail. Et puis, j'ai aperçu une petite tâche rouge qui grattait ce corail avec minutie. Je ne connais pas cette espèce farouche, probablement nécessaire à "l'hygiène" de son habitat.

 

 

 

 

 

 

 

 

Je croise la route de plusieurs anguille-serpents, se dorant sous le soleil ou traçant leur chemin. Mesurant environ trente centimètres, elles sont inoffensives et ondulent délicatement entre les pierres... et mes pieds !

 

 




 

 

 

 

 

Je retrouve la famille... Maëlis est toute fière de m'emmener découvrir un "trou" exceptionnel... Richard semble lui aussi subjugué...

 

 

 

 

Et il y a de quoi ! Quatre poissons-diables sont là, paisibles et imposants. C'est la première fois que Maëlis en voit d'aussi près. Habituellement, elle ne descend pas assez en profondeur pour pouvoir les admirer. Aujourd'hui, c'est une aubaine. Nous les regardons virevolter quelques instants.

 

 

 

 

Voici une limace de mer superbe ! On l'appelle aussi Phyllidie Tricolore ou Phyllidie Verruqueuse... C'est qu'une si belle robe mérite bien un nom digne des plus grandes dames.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Non, Gallien n'essaie pas de noyer son père. Non, la famille n'invente pas une nouvelle figure accrobatique. Non, personne ne fait pipi dans l'eau. Non, ils ne tentent pas d'allumer un feu... Je vous laisse imaginer toute autre possibilité. Mais, non, vous n'y êtes pas du tout... Un indice, il ne faut pas bouger...

 

 

 

 

C'est une rascasse volante qui nous rend aussi... comment dire... ridicules ?? Mais ça vaut le coup ! Non ? J'en suis encore toute retournée !

 

 

 



Publié à 21:19 le 30/09/2009 dans Sous la mer...
Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien

L'île blanche...

 

Comme partout, ici aussi c'est la reprise.

Reprise du travail, reprise des activités multiples, reprise des sorties et encore des découvertes !

 

Voici donc l'Ile Blanche, petit coin de terre juste en face de Longoni, à quelques dizaines de mètres des cages de la ferme aquacole Mayotte Aquaculture.

 

Ce lieu porte bien son nom : sous les rayons de soleil, la roche resplendit. Des cavités permettent heureusement de se protéger et... de jouer. Attention néanmoins : les abords faits de plaques rocheuses sont glissants. Gallien a donc bien sûr testé et, après une chute douloureuse, a arboré un oeil gonflé et coloré pendant une semaine !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au loin, on distingue trois cages contenant essentiellement des ombrines. L'aquaculture existe à Mayotte depuis plusieurs années mais son essor est difficile. Les conditions de transport (coût du fret aérien) et l'absence de débouchés suffisants au niveau local sont des freins importants. Les investissements publics et les grands discours politiques ne pourront malheureusement pas palier ces handicaps...

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 20:27 le 4/09/2009 dans Paysages et flore
Commentaires (4) | Ajouter un commentaire | Lien

Caribou aux Corses

 

Voyez-vous le petit point au loin dans le  ciel ? C'est l'avion qui entame sa descente... juste au-dessus de la barge qui vous mènera de Petite à Grande Terre.

 

Hé oui, à ce stade vous êtes arrivés à Mayotte, vous pouvez déjà admirer le lagon, distinguer la barrière de corail, et vous imaginer dans quelques minutes barboter dans l'eau !

 

 

 

 

Mais toutes les eaux ne sont pas idéales pour la baignade. La mangrove est plus agréable à découvrir depuis le canoë...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu d'exercice physique ? Les noix de coco se méritent et ne se laissent pas approcher si facilement...

 

 

 

 

 

 

 

Le Mont Choungui est au mieux de sa forme en cette période : la saison des pluies étant terminée, nous pouvons le gravir sans difficulté. Et affronter sa peur du vide !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit moment d'aventure : l'ilôt de M'tsamboro nous abrite le temps d'un bivouac. Après l'installation des tentes et l'aménagement des lieux, on profite du cadre : lecture sous le soleil, découverte du récif, bavardages sous le ciel étoilé après un coucher de soleil à faire rêver...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allez, dernière empreinte de ce voyage hors du commun : c'est que nous sommes imprégnés de stéréotypes... mais quel plaisir de se sentir là, au milieu de l'océan indien, sous le soleil exotique de cette petite île !

 



Publié à 06:45 le 17/05/2009 dans Paysages et flore
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

La tête dans l'eau

 

Ces quelques jours passés avec Co et Christelle ont bien sûr été marqués par des balades sous-marines. Les récifs de Charifou, N'gouja, Choizil, Tanaraki ou de la Plage du Gendarme leur ont dévoilé leurs plus belles couleurs... Coraux, poissons, tortues : de l'émerveillement en pagaille !

 

 

 une rascasse volante

 

 

 

 

 

 

 

 

 un poisson ange

 

 

 

 

 un platax

 

 

 

 

 des demoiselles

 

 

 

 

 un bénitier (sans grenouille)

 

 

 

 

 deux grenouilles (bénies)

 

 

 

 

 un poisson clown dans son anémone

 

 

 

 

 une tortue verte

 

 

 

 

un explorateur des mers



Publié à 08:36 le 14/05/2009 dans Sous la mer...
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Les Zamis des Zanimaux...

 

 

 

 

C'est par où la sortie ?

 

Les geckos sont plutôt familiers, tout en restant discrets. On ne peut qu'être subjugé par leurs couleurs vives et leur regard attentif...

 

 

 

 

Ahhhhhh ! Les makis !

 

A l'auberge de Combani, c'est un plaisir de leur offrir les restes de fruits du petit déjeuner. Ils sont sauvages mais si gourmands qu'ils en oublient leur appréhension...

 

Regardez-les ces deux grands primates en adoration devant  les habitants de ce petit paradis (je n'évoquerai même pas les moustiques dévoreurs de chair humaine).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Même bêtes, mais autre lieu... Les réactions sont bien différentes !

 

Les touristes sont beaucoup plus nombreux sur la plage de N'Gouja et leur comportement a malheureusement dénaturé celui des makis. Ces lémuriens, habitués à être grassement nourris, n'hésitent plus à grimper, s'accrocher et s'installer sur les humains parfois destabilisés par cette approche.

 

Co adore... évidemment ! Drôle d'expérience. Elle n'est pourtant pas rassurante. L'attitude des makis nous semble avoir déjà évolué depuis deux ans : ils sont, ici, de plus en plus familiers. Cela n'a rien de naturel et n'est sans doute n'y bénéfique aux animaux, ni aux futurs visiteurs...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Incontournable et fabuleux : la ponte d'une tortue. Nous vivons ces instants accompagnés d'un garde de la brigade nature. Cette femelle n'étant jusqu'alors pas connue, elle fut baguée sur chacune de ses pattes avant. Cette "opération" dut attendre la fin de sa ponte, alors qu'elle commençait à recouvrir son nid.

 

Nous avons assisté à cette ponte sur la plage de Moya, réputée pour ses visiteuses nocturnes. Il est encourageant de voir combien l'encadrement a évolué depuis deux ans. La brigade nature est désormais là chaque soir pour informer mais aussi pour encadrer ces rencontres. Cette démarche est sans doute indispensable à la protection de ces animaux si vulnérables.

 

 

 

 

Dans deux mois, une centaine de petites tortues cavaleront sur le sable chaud en direction de la mer...

 

 

 

 

 Dernière touche de couleur de cet horizon animalier...

 

 

 

 

 

 



Publié à 10:53 le 10/05/2009 dans Faune en tout genre
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Rencontres et découvertes

 

Activité (encore) typique à Mayotte !

Les femmes lavent le linge à la rivière. Les enfants cavalent tout autour, jouent dans l'eau, parfois aident leurs aînées... Après cette corvée collective (exclusivement féminine), les bouénis et leurs enfants portent les bassines sur la tête, l'équilibre est parfait !

Souvent les bords de route sont colorés des vêtements éparpillés dans l'herbe, séchant tranquillement au soleil...

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est la fête à Labattoir. En théorie les danseuses, venues de différents villages, devaient se présenter sur scène. La soirée commencera plus tard que prévu... La notion du temps se perd souvent ici ! Aucune importance, l'ambiance est là. Les danseuses s'élancent au son de la musique et les rythmes traditionnels envahissent la nuit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Il est tard et nous rentrons sur Grande-Terre. La barge de nuit nous accueille, toute illuminée...

 

 

 

 

Et puis, c'est une traversée incroyable !

Un groupe de danseuses et de musiciens rentre en même temps que nous. Les passagers à peine montés, on entend la musique s'élever. Les danseuses s'approprient l'espace. Nous sommes au milieu du spectacle. C'est un véritable tourbillon ! Maëlis est finalement "embarquée" dans la danse. La barge est inondée de sourires, de chants et de rythmes chaleureux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petite touche publicitaire locale...

Le zébu est ici un animal emblématique. Il a aussi une grande valeur pécuniaire.

Alors comment résister à cette offre commerciale ?!

 

 

 

 

Retour de balade : on meurt de soif ! Christelle et Serge s'arrêtent dans une "douka" acheter de quoi nous rafraîchir. L'intérieur est un vrai bric à brac fidèle aux villages de brousse...

 

 

 

 

Dernière étape incontournable : le brochetti de Cavani.

Attention : les bières n'y sont pas vendues ! L'alcool est interdit à la vente, religion musulmane oblige... Nous apportons donc le breuvage et achetons des gobelets en plastique (les verres du brochetti ne peuvent contenir d'alcool).

Alors ? Combien de mabawas et de brochettes ? Salade de papaye ? Fruits à pain, manioc et bananes fries pour tout le monde ?

 

 



Publié à 09:05 le 10/05/2009 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien
Page précédente
Page 2 sur 6