l'aventure ensemble...
...ou quelques émotions à partager !


Accueil
Qui suis-je ?
Archives
Mes amis

Album photos

Rubriques

Culture et tradition
Faune en tout genre
Paysages et flore
Sous la mer...
Vie quotidienne
Voyages...

Mes amis


Menu

Scden CGT Mayotte
Association Naturalistes de Mayotte
La cimade
RESF Mayotte


Les images de la ville

 

Rien de tel qu'une pub pour refléter quelques aspects de la société..

 

Voici donc une des dernières campagnes locales de Yop (une nouvelle vient de s'afficher dans les rues de Mamoudzou cette semaine).

 

Il paraît que la publicité doit être évocatrice... Ces montages sont donc un concentré de messages : bouéni star, toute en couleur dans son salouva, sans complexe ; consommation de produits importés, chers, ne facilitant pas l'appentissage de l'équilibre alimentaire et encore moins celui de la gestion des déchets ; fruit local, typique ; marque internationale sur ce petit bout de terre... Inutile d'analyser, je laisse à chacun le soin de juger l'originalité ou le sens de ces images !

 

 

 

 

 

 

 

 

La troisième est toute aussi instructive... A l'heure où nous défendons l'identité de ce récent département, nous voici plongés dans l'histoire de France, avec pour héros un gars bien d'ici ! Drôle de mélange, et tout ça pour vendre une Ford Fiesta... mais à qui donc ? Les mahorais (si telle est la cible) ont pourant eux aussi mené des luttes et gagné des combats...

Sans autre commentaire.

 

 

 



Publié à 19:55 le 13/06/2011 dans Vie quotidienne
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Ah les cartons !

 

Je fus piquée il y a deux jours de recevoir une réclamation d'un individu dont je tairai le nom, mais dont la finesse d'esprit lui permettra de se reconnaître.

 

Voici donc plusieurs heures, cher chouchou préféré, que je m'énerve sur mon portable (puisque nous n'avons plus d'ordinateur familial) pour mettre à jour cet éminent blog. Je rappelle à tous nos chers internautes et amis que la connexion à Mayotte est un véritable calvaire ! Ce jour étant férié, j'ai donc décidé, dès l'aube, de me mettre à l'oeuvre et de satisfaire la curiosité de cet homme (la quarantaine, grand, joueur, parfois taquin).

 

Pour votre gouverne, cher ami (oui, je ne suis pas rancunière), nous avons terminé nos cartons et vivons désormais dans le dénuement le plus total. Les colis sont partis depuis une semaine et je n'ai gardé que l'essentiel : mon batteur électrique, les PMT, trois copies d'élèves, mes lentilles ainsi que mon mari et sa descendance. Le choix semble judicieux, nous surmontons brillamment cette épreuve et je pense que nous survivrons jusqu'au départ définitif. Ah, j'oubliais, Serge vient de retrouver une bouteille de punch malencontreusement égarée. Tu vois, nous sommes épanouis…

 

Quant à mon avenir professionnel, je ne dispose que du projet d'affectation, mais je peux révéler sans grand risque que je rejoindrai Alençon dans quelques mois. Je pourrai confirmer cela en fin de semaine prochaine aux amis et proches qui le souhaitent. J'enverrai un mail personnel à cet interlocuteur indélicat (viking, athlétique, lecteur assidu et grand voyageur) que je pardonne aisément. Je me prépare donc aux grands froids, aux routes verglacées et lèvres gercées. La saison ici s'y prête d'ailleurs à merveille : ce sont les alizées et nous sommes obligés de porter une laine en soirée.

 

Prépare toi donc, cher chouchou, j'ai réservé un carton pour les enfants et moi. Nous débarquons d'ici peu, je ne te fais pas l'affront d'y loger Serge. De toute façon, il n'y a plus de place, et je suis sûre que Cacahouette l'hébergera avec enthousiasme.

 



Publié à 19:00 le 13/06/2011 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Tour de piste

 

Nous avons fini par donner envie aux enfants... C'est donc au tour de Maëlis de survoler l'île de beauté, pour fêter ses neuf ans !

Tout est OK pour cette belle aventure, d'autant plus qu'elle partage cette nouvelle expérience avec son amie Lou. Elles se suivront dans le ciel éclatant de soleil, avant de partager leurs sensations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 14:02 le 13/06/2011 dans Vie quotidienne
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Pêche au gros réussie !

 

Les envies de Gallien sont bien différentes de celles de Maëlis.

 

Direction la mer avec un pro de la pêche (non, ce n'est pas son père...), équipement assuré et prises superbes. Gallien s'est régalé et gardera un souvenir exitant de cet anniversaire.

 

Serge, naturellement, se devait d'accompagner son fils. Il a su profiter de cette occasion pour batailler avec un espadon voilier. Non, pas de cicatrices mais un sourire jusqu'aux oreilles !

 

Nous dégustons ce midi le fameux poisson, fumé par un ami... Un délice !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 13:01 le 13/06/2011 dans Vie quotidienne
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Attention... flèche !

 

Gallien pratique le tir à l'arc depuis septembre. Il détient désormais quelques "fléchettes" dignes des meilleures étoiles !

Notre Gallien de la Brousse fait preuve de patience et concentration, et progresse à grands pas dans cette activité inattendue. Nous avons fait connaissance avec ce club l'année dernière... et découvert Gallien sous un nouveau jour !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evidemment, Serge ne résiste pas à l'envie de lancer un défi à son fils ! Gallien se prête au jeu et lui prête exceptionnellement son arc, peu adapté à la taille d'un adulte. Mais cela fait si plaisir à son "petit Papa"...

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 10:34 le 26/02/2011 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Fleur de cactus

 

Petit surprise au réveil : les boutures de cactus plantées s'épanouissent. Gallien et Elouan découvrent, ravis, "leur" première fleur. Cette petite plante provient d'un arbre cactus mesurant plus de trois mètres de haut et deux mètres de diamètre... Nous n'aurons pas le temps de voir cette pousse atteindre de telles dimensions, mais cette floraison est déjà un vrai plaisir !

 

 

 

 



Publié à 09:22 le 26/02/2011 dans Vie quotidienne
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Pêche locale et amertume...

 

 A la pêche aux crabes... dans la mangrove, par une belle journée d'hiver austral, à marée basse.

 

 

 

 Serge donne les dernières consignes pour atteindre les objectifs d'une équipe pleine d'entrain.

 

 

 

Gallien s'applique. L'activité lui plaît. C'est aussi un grand gourmand !

Comme sa maman, il décortique le crabe avec patience et concentration, et en oublie presque d'en manger tant la dissection de l'animal l'absorbe...

 

 

 

 

 

 

Les conseils donnés portent leurs fruits : les prises sont belles.

 

 

 

 

 

Nous sommes attirés par des pêcheurs non loin de nous. Ils ont étalés des filets de pêche sur toute la largeur de l'embouchure, piégeant ainsi les animaux allant et venant de la mangrove au lagon.

 

C'est une pêche interdite. La mangrove est connue pour être une véritable nurserie : beaucoup d'espèces viennent y frayer, les juvéniles s'abritant ainsi des prédateurs potentiels. Pourtant, cette pêche se poursuit. Il n'y a guère de contrôle et c'est un moyen d'attraper facilement du poisson. C'est aussi une détérioration du milieu naturel, dont les conséquences se font déjà ressentir lorsqu'on observe les prises...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pêche réalisée est médiocre : les poissons sont plutôt de petite taille (les gros sont au large...), certaines espèces sont à peine mangeables. Cela constituera néanmoins le repas des pêcheurs ce soir. Nous discutons avec eux, et finissons par nous approcher des filets pour sauver de jeunes raies prisonnières. Les pêcheurs ne mangent pas ce poisson : trop peu de viande...

 

Des dizaines de raies Pastenagues ou Léopard sont piégées. Elle sont difficiles à libérer : leur queue et nageoires s'emmêlent dans les mailles et il faut être attentif à ne pas recevoir de coup de fouet, certaines raies étant dangereuses. L'opération est délicate et la marée descendante. Nous ne parvenons pas à les dégager assez vite. Beaucoup d'entre elles meurent. C'est par dizaine que nous en abandonnons le long de la plage... Le spectacle est écoeurant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De jeunes tortues se sont également retrouvées coincées dans les filets. Nous intervenons... mais nous savons qu'à chaque grande marée cette pêche fait des dégâts irrémédiables et amenuise progressivement les ressources naturelles de l'île. Bien sûr, cela nourrit aussi les hommes. Pour encore quelques temps...

 

 

 

 

 

 



Publié à 13:03 le 9/12/2010 dans Vie quotidienne
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Manifestation pour la retraite

 

Si l'on n'a pas mis à jour le blog depuis longtemps, c'est aussi que le gouvernement nous laisse peu de répit avec l'empilement de ses mesures injustes.

Les quelques photos ci-dessous reflètent la belle mobilisation sur ce petit bout de France le 23 septembre.

 

A Mayotte, la situation est un peu particulière : les retraites, comme le droit du travail, ne sont pas alignées sur la Métropole, et les quelques bénéficiaires de la retraite (l'espérance de vie dépassait jusqu'à présent de peu les 60 ans !) touchent moins de 300 euros par mois !

 

 

 

 

 

Outre la réalisation de banderoles, Morgane s'occupe aussi au quotidien de la mise à jour du site de la CGT Educ'action de Mayotte. Si vous souhaitez suivre l'actualité sociale de l'île : www.cgt-mayotte.info

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 19:26 le 27/09/2010 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Festival 2010

 

Nous avons assisté hier à la dernière séance du festival de l'image sous-marine. Le final fut émouvant : le chant des baleines était reproduit à la contrebasse par Bernard Abeille, accompagné d'images incroyables.

Films, photos et musiques nous ont fait rêver. Evidemment, nous sommes des privilégiés et pouvons profiter ici d'un environnement exceptionnel.

Ce fut aussi l'occasion de prendre des contacts pour les prochains projets qui me tiennent à coeur...

 

 



Publié à 10:55 le 6/06/2010 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Fenêtre sur l'envers

 

Bon, allez, quelques images moins brillantes, moins rassurantes...

J'ai jusqu'alors opté pour une mise en scène plutôt paradisiaque. Oui, Mayotte est magnifique. Mais chacun sait que l'île vit aussi des réalités sociales et économiques difficiles voire dramatiques. Quant aux aspects environnementaux, je les ai déjà évoqués à plusieurs reprises...

L'objet de ce blog n'était pas de mettre en lumière les côtés négatifs de l'île. Je ne les ai pas cachés, mais pas non plus exposés. Cela dit, j'en ai parlé à beaucoup d'entre vous, en privé. On ne peut pas échapper aux conditions de vie locale, à la détresse, aux incohérences et injustices des politiques menées, aux insuffisances et dysfonctionnements de nombreuses structures.

Il en résulte de la révolte ou du dégoût. Cela dépend des jours, des moyens de vaincre un tant soit peu ces réalités.

Alors pour ceux qui me demandent comment va Mayotte en dehors de ces belles plages de sable, de la barrière de corail, des palmiers et cocotiers sous le soleil couchant, voici quelques clichés de ce qui nous entoure, aussi...


Ces derniers mois, la politique du Conseil Général est à l'économie. Il faut dire que ses comptes sont dans le rouge foncé : mauvaise gestion qui dure et traîne jusqu'à ce que cela craque. Les conséquences sont multiples. Les associations en souffrent particulièrement.

 

Un seul musée existe à Mayotte, soutenu et défendu par l'association des Naturalistes de Mayotte : plusieurs salariés ont été licenciés depuis le mois de janvier et le musée risque de fermer. On ne peut pas vivre que de bénévolat... L'association mène de nombreux projets, réalise des actions pédagogiques qui devraient être financées par des fonds publics. Et pourtant, il faut constamment se battre pour défendre des intérêts collectifs et valoriser des richesses naturelles.

 

 

 

 

 

Environnement...

 

Entre deux pub sur la prévention et l'hygiène (tiens, là on a trouvé de l'argent, la campagne concernant la grippe H1N1 a été très médiatisée ici aussi...), on oublie que sur les bords de route, des déchets gisent par centaines de kilos. Cela dit, les carcasses de réfrigérateurs sont récupérées par les paysans qui s'en servent d'abreuvoir pour les zébus ! On évitera de regarder l'état sanitaire de ces espaces "naturels".

 

 

 

 

Voici quelques kwassas à l'histoire mouvementée. Ils sont désormais emprisonnés, avant une destruction probable. Leurs passagers sont soit restés au fond de l'eau soit renvoyés dans "leur" pays, de l'autre côté des Comores. Dans quelques semaines ils retenteront l'aventure. Ce n'est qu'une question de survie...

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, grosse déception. Je n'ai pas vu notre Président ! Et non, il n'a pas voulu voir nos drapeaux flotter dans le bleu des cieux mahorais. Malgré les accords préfectoraux, notre manifestation (totalement pacifiste, manquerait plus qu'on soit agressif), s'est vu arrêtée 500 mètres avant le lieu de l'élocution présidentielle... Même les flics semblaient hésitants tant nos "droits" étaient évidents.

 

En régime démocratique ? Liberté, égalité, fraternité ? Non, c'est pas possible ? Ou alors, j'ai raté un cours d'histoire et maîtrise mal la définition de ces termes. Cela dit, ces notions devraient bientôt disparaître de nos apprentissages. A l'avenir, un bon citoyen français ne devrait pas développer une réflexion abusive...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors quoi, aurais-je perdu tout mon esprit revendicatif ? Mon énergie, ma combativité ?

Impossible... Trop de lectures subversives, trop d'idéaux en héritage, trop de fréquentations contestataires.

 

C'est donc au coeur de la CGT Mayotte que l'on peut, aussi, rencontrer des personnes soucieuses de leur avenir et de celui de l'île. C'est là qu'on peut apprendre à mieux se connaître et à se respecter, là qu'on peut aussi faire des rencontres riches et encourageantes. C'est enfin avec ces adhérents qu'on peut espérer améliorer les conditions de travail et de vie des locaux. Tout n'est évidemment pas parfait, il y a du chemin à parcourir, mais ce genre d'échanges donne de l'énergie et rassure un peu. Depuis une dizaine d'années, des droits ont été acquis.

 

 

                  

 

 

 

 

Et puis, il y a le Scden CGT où j'oeuvre particulièrement cette année. Voilà du temps et de l'énergie pour défendre des idées et des conditions de travail de plus en plus bafouées...

Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à vous balader sur notre site (en lien), c'est un autre sujet que celui de ce blog. C'est une autre partie de ma vie ici, importante.

 

 

 

 

 

 

Voilà pour cet aperçu plus critique.

Je viens de mettre en lien les sites des associations dans lesquelles nous sommes investis. Cela résume bien tout ce que nous n'abordons généralement pas ici, à bon entendeur...

 



Publié à 19:19 le 15/02/2010 dans Vie quotidienne
Commentaires (4) | Ajouter un commentaire | Lien

Noël au soleil

 

Petit tour d'horizon de ces vacances d'été austral...

 

On commence par la mer, lumineuse, chaude (parfois trop !), fourmillante de vie. Quand on vient de Normandie, pour quelques jours ou années, on est admiratif, voire envieux de ces rivages quasi désertiques et aux couleurs éclatantes. Loin de moi l'idée de ternir l'image des côtes atlantiques, certaines dans la Manche sont tout aussi superbes. Mais le climat ne se prête guère aux baignades prolongées et les fonds sont malheureusement moins captivants.

 

On profite donc du soleil, des températures, de la douceur de l'eau et du sable chaud. Les top nous protègent des coups de soleil sournois (non, ils ne sont pas là pour résister au froid..).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'îlot du Nord est une petite merveille de l'océan. Seul bémol (et sans doute avantage pour les oiseaux qui s'y reposent), il est difficile d'accés !

 

Les enfants, et leurs parents, se souviendront de ce périple. Quelques sensations fortes en mémoire et un retour un peu abasourdi...

 

 

 

 

Passons au vert...

 

Paysages de brousse, parsemés d'animaux "pas toujours" domestiques, à travers le Lac Kariani et la retenue collinaire de Combani.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui, nous sommes à la saison des pluies. Et nous ne décevrons pas Laurent : il a plu ! Mais ce n'est rien en comparaison de ce que l'on vit depuis le départ de la famille Lefort... Pas une journée sans pluie torrentielle sur toute l'île ! Un vrai déluge comme on en n'a guère l'habitude. Heureusement cela est passager, juste un élan de solidarité avec les métropolitains qui subissent des températures polaires...

 

 

 

 

Cher Mathieu,

 

Les quelques images que nous présentons sont le témoignage de l'engagement total de Thomas dans une aventure extraordinaire.  Non seulement il s'est investi corps et âme dans la découverte d'une île reculée, sauvage, au climat tropical éprouvant. Mais il a su convaincre sa famille de l'accompagner. Ce soutien moral fut en effet primordial. Sans Virginie et les enfants, jamais Thomas ne serait parvenu à relever un tel défi. Khô Lanta et Fort Boyard ne sont que de médiocres exploits comparés aux risques et épreuves physiques surmontés par ton ami.

De tout notre coeur nous félicitons Thomas, un homme qui n'a peur de rien, un père de famille responsable, un être qui a su affronter la vie, la vraie.

 

Traversée instable d'une rivière sauvage, afin d'atteindre une cascade lointaine (des heures de marche pour trouver de l'eau douce et fraîche)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Départ en bivouac, deux jours loin de toute population. Les enfants nous encouragent.

 

 

 

 

 

 

 

Il faut pêcher pour se nourrir... mais de dangereux animaux surprennent notre héros. Thomas ne doit pas toucher ces poissons aux nageoires venimeuses et mortelles.

 

 

 

 

Le soleil se couche. Thomas n'est pas parvenu à nourrir le groupe. Heureusement les enfants ont rapporté de leur pêche un calamar, nous pourrons savourer l'animal cuit au feu de bois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loin de toute civilisation, l'homme se plait à méditer. Qui suis-je ? Ou vais-je ? Que mange-t-on ce soir ? Il lui arrive même de ne plus penser. Il s'abandonne alors dans la douce contemplation des éléments naturels...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nouveau défi. Les dauphins sont tout autour de nous, tourbillonnant et vrillant dans les airs...

Il n'y a plus qu'à se mettre à l'eau pour les admirer et peut être les entendre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà, après des heures d'entraînement, une rigueur extrème, une persévérance de professionnel et un don évident, la prise de notre chasseur émérite.

 

 

 

 

Les enfants se sont également surpassés.

Rencontre d'animaux sauvages, créations d'oeuvres artistiques, pratique de sports aquatiques et unité à toute épreuve...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 14:25 le 10/01/2010 dans Vie quotidienne
Commentaires (4) | Ajouter un commentaire | Lien

Des extérieurs...

 

Voici pour notre Chouchou préféré des espaces extérieurs...

Malheureusement tes plantations n'ont pas survécu ! Est-ce ta main verte normande qui a fait défaut ou le terrain inadapté à l'espèce plantée ? Mystère... Les roses de porcelaine, que tu avais tant choyées, sont perdues. Cela dit, que cet échec n'engendre point de désespoir : nous t'inviterons dès notre retour dans l'Orne à des parties de jardinage. Iris, tulipe, lupin, pensée... (tiens, ça me rappelle un jeu) n'auront plus de secret pour toi !

 

 

 



Publié à 13:32 le 10/01/2010 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Mise en bouche

 

Nous sommes bien loin des neiges et grands froids métropolitains et pourtant... Noël garde toute sa féerie et les préparatifs sont plus que jamais essentiels au plaisir de cette période !

 

Après les décorations de papier, ce sont les réalisations culinaires qui occupent toute l'attention des enfants.

 

Voici donc pour Mamick, quelques clichés des origamis patiemment créés... Nous ne nous sommes presque même pas énervés ! Chacun a pu finaliser son chef d'oeuvre avec fierté et (pour ma part) soulagement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Passons aux choses sérieuses, avec pour guide principal Gallien, cuisisnier en herbe et gourmand professionnel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui, nous faisons des truffes au chocolat (on pose même pour la réclame).

 

Pour tous les experts, je ne vous raconte pas la galère : rouler des boules de chocolat, puis les enrober de poudre de cacao,  relève de l'exploit sous nos climats !

 

Qu'à cela ne tienne, nous nous sommes surpassés : tradition et gourmandise obligent...

 

 

 

 

Tout le monde s'y attèle. C'est sans aucun doute le meilleur moyen d'apprécier les plats préparés et de patienter jusqu'au soir tant attendu. Nous finirons néanmoins l'après-midi sur la plage de Sohoa, sous le coucher de soleil du 24 décembre 2009...

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 21:21 le 30/12/2009 dans Vie quotidienne
Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien

Trois héros en balade...

 

Ils sont tout blancs, puis un peu rouges. Ils mettent des casquettes et de la crème solaire, goûtent aux mabawas et se régalent de punch coco. Vous avez deviné : nous avons de la visite !

 

Première balade en famille : les 210 marches d'Acoua, avec un panorama magnifique sur les îlots du Nord (Choisil et M'tsamboro).

 

 

 

 

 

 Et c'est parti pour 15 jours dans l'eau. Les premières brasses sont timides, mais la beauté des fonds sous-marins prend vite le dessus sur les appréhensions initiales...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toujours plus haut, toujours plus fort : la soixantaine arrivant, plus rien ne les arrête. C'est donc avec les "Happy Divers" que nos trois héros vont relever le défi d'une exploration sous-marine initiatique. Oui, oui : avec de l'eau au-dessus de la tête. Même Chouchou et Cacahouette n'ont pas osé.

Nos intrépides ont même été félicités par les moniteurs : ce sont de brillants élèves...

 

 

 

 

 

 

 

 

Evidemment, la Kayak dans ces conditions est un peu moins risqué. Mais on va aussi moins vite. En tout cas, les fous-rires sont garantis, le soir autour du punch !

 

 

 

 

Découvertes des différentes facettes de l'île aux parfums... La mosquée et le linge en phase de séchage, l'alambic qui permet de produire la fameuse huile d'Ylang-Ylang, ou encore l'arrêt chez le poissonier d'Hamouro, au sud est de l'île (un régal, cette carangue au barbecue).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rencontre avec les animaux et la faune du coin, puis activité quotidienne traditionnelle. C'est qu'il faut bien le préparer, ce punch coco !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bivouac à Mutsumbatsu a permis de rencontrer une baleine (non, non, pas sur la plage), mais également d'assister à une ponte de tortue, et accessoirement à un magnifique coucher de soleil...

Evidemment, le réveil est un peu difficile...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

Les activités nautiques offrent bien évidemment leurs lots de surprises. Une rencontre avec des dauphins tachetés restera gravée dans les mémoires : le matin, en nageant durant plus d'une demi-heure avec eux, puis le soir, au retour, par leurs pirouettes dans le coucher de soleil.

Comment ? Ils ont eu de la chance ?

Ben vous n'avez qu'à venir...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 11:18 le 19/10/2009 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Rencontres et découvertes

 

Activité (encore) typique à Mayotte !

Les femmes lavent le linge à la rivière. Les enfants cavalent tout autour, jouent dans l'eau, parfois aident leurs aînées... Après cette corvée collective (exclusivement féminine), les bouénis et leurs enfants portent les bassines sur la tête, l'équilibre est parfait !

Souvent les bords de route sont colorés des vêtements éparpillés dans l'herbe, séchant tranquillement au soleil...

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est la fête à Labattoir. En théorie les danseuses, venues de différents villages, devaient se présenter sur scène. La soirée commencera plus tard que prévu... La notion du temps se perd souvent ici ! Aucune importance, l'ambiance est là. Les danseuses s'élancent au son de la musique et les rythmes traditionnels envahissent la nuit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Il est tard et nous rentrons sur Grande-Terre. La barge de nuit nous accueille, toute illuminée...

 

 

 

 

Et puis, c'est une traversée incroyable !

Un groupe de danseuses et de musiciens rentre en même temps que nous. Les passagers à peine montés, on entend la musique s'élever. Les danseuses s'approprient l'espace. Nous sommes au milieu du spectacle. C'est un véritable tourbillon ! Maëlis est finalement "embarquée" dans la danse. La barge est inondée de sourires, de chants et de rythmes chaleureux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petite touche publicitaire locale...

Le zébu est ici un animal emblématique. Il a aussi une grande valeur pécuniaire.

Alors comment résister à cette offre commerciale ?!

 

 

 

 

Retour de balade : on meurt de soif ! Christelle et Serge s'arrêtent dans une "douka" acheter de quoi nous rafraîchir. L'intérieur est un vrai bric à brac fidèle aux villages de brousse...

 

 

 

 

Dernière étape incontournable : le brochetti de Cavani.

Attention : les bières n'y sont pas vendues ! L'alcool est interdit à la vente, religion musulmane oblige... Nous apportons donc le breuvage et achetons des gobelets en plastique (les verres du brochetti ne peuvent contenir d'alcool).

Alors ? Combien de mabawas et de brochettes ? Salade de papaye ? Fruits à pain, manioc et bananes fries pour tout le monde ?

 

 



Publié à 09:05 le 10/05/2009 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Non, on ne rêve pas...

 

Lorsqu'on s'éloigne des plages de sable chaud, on a parfois de drôles de surprises...

 

Mayotte n'est évidemment pas le paradis des surfers, la barrière de corail est là créant un lagon merveilleux et empêchant les vagues de venir s'éclater sur les côtes de l'île.

 

Et pourtant, ces vagues s'arrêtent bien quelque part... Après quelques minutes de bateau, on atteint au large la barrière sur laquelle se brisent les vagues.  Les conditions ne sont pas optimales pour les connaisseurs mais certains profitent des quelques rouleaux présents. Attention aux coraux qui, à fleur d'eau, peuvent blesser les accros...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Bien sûr, les enfants sont scotchés devant ce spectacle inhabituel !

 



Publié à 09:30 le 3/05/2009 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Tressage...

 

Le tressage est ici un passe-temps fréquent, les jeunes filles (et leurs ainées) prennent sans doute plaisir à se coiffer. Cela "tire" beaucoup mais les coiffures sont souvent très belles et agréables à porter !

 

Nous sommes à un match de rugby et les cheveux de Maëlis attirent les jeunes supportrices. En quelques gestes habiles, elles lui tressent les cheveux, pour son plus grand bonheur...

 

 

 

 

 

 Bravo et merci ! Marahaba!

 

 

 

 



Publié à 07:21 le 3/05/2009 dans Vie quotidienne
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

La pêche aux calamars

 

Durant la saison chaude, qui se termine fin mars généralement, les calamars sont nombreux dans le lagon.

Ce petit animal est délicieux... et très ludique à pêcher.

 

En route, sur le canoë, pour une partie de pêche mémorable...

 

 

 

 

Le calamar se pêche avec une turlute (oui, et je dispense chouchou et cacahouette de leurs commentaires).

Ce petit leurre est traîné lentement derrière le canoë.

C'est une pêche calme et silencieuse... jusqu'à ce qu'un calamar soit attrapé, et projette énergiquement son encre, arrosant alternativement la surface de l'eau, le canoë... ou les visages des pêcheurs !

 

 

 

 

 

 

 

La corvée de nettoyage terminée, il nous reste ce jour-là plusieurs kilos de calamars. On va se régaler !

 

 

 

 

On conserve même les yeux, qui serviront d'appât pour les pêches suivantes, aux poissons cette fois.

Appétissant, non !

 

 

 

 

Quand, en plus, on fait griller quelques calamars directement au feu de bois, sur la plage, ils ont vraiment une saveur particulière...

 



Publié à 07:36 le 31/03/2009 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Petit dej...

 

 

Quoi de plus sympa, le 15 février, qu'un petit déj' au soleil, en discutant entre frères de la dernière partie de "Warhamer"  ?

Bon, évidemment, après, il faut débarasser la table, sinon...

 

 

 

 

Sinon nos amis les bêtes se délectent des restes...

 

 

 

 

... et semblent apprécier le chocolat au lait ! 

 

 

 

 

 



Publié à 06:54 le 15/02/2009 dans Vie quotidienne
Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien

Triste réalité...

 

La gestion des déchets est à Mayotte un vaste sujet.

On constate rapidement l'ampleur du problème après avoir un fait un tour sur l'île, tant dans les zones urbaines,

qu'en brousse ou près des plages.

 

On peut réagir de multiples façons : indignation, écoeurement, révolte, fatalisme... Il n'y a pas de faute

particulière, les causes sont variées : développement de la société de consommation à grande vitesse,

comportement désinvolte et insouciant de nombreuses personnes, manque de connaissance ou de conscience

d'autres personnes, manque crucial d'infrastructures adaptées, difficultés liées à une situation insulaire...

 

Pour autant des progrès apparaissent. Bien sûr lentement, trop lentement lorsqu'on est peu habitué à ces images.

Les modes de consommation évoluent et l'adaptation en matière d'hygiène ne suit malheureusement pas le

même rythme. En métropole aussi, les comportements ont du évoluer, cela a pris du temps, ici il faudrait aller

beaucoup plus vite ! 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette situation à des conséquences au niveau de l'hygiène et de la santé, un impact environnemental évident,

des répercussions en matière de tourisme et d'économie...

 

Les jeunes sont sensibles à ce sujet dès qu'on prend le temps de les impliquer, ils ont le plus souvent conscience

des effets présents et à venir de cette pollution galopante. Une politique de sensibilisation est indispensable mais

elle doit s'accompagner d'investissements importants en équipements et en infrastructures. Des volontés existent...

nous verrons dans quelques années les résultats de ces démarches. En attendant il serait aisé de mettre en place

un tri des déchets, permettant dans un premier temps d'évacuer les déchets verts jusque là associés aux autres

déchets. Le compostage se pratiquait il n'y a pas si longtemps...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Clin d'oeil pour ce "bar" qui a opté pour un recyclage malin...

 

 



Publié à 02:42 le 22/11/2008 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien
Page précédente
Page 1 sur 3