l'aventure ensemble...
...ou quelques émotions à partager !


Accueil
Qui suis-je ?
Archives
Mes amis

Album photos

Rubriques

Culture et tradition
Faune en tout genre
Paysages et flore
Sous la mer...
Vie quotidienne
Voyages...

Mes amis


Menu

Scden CGT Mayotte
Association Naturalistes de Mayotte
La cimade
RESF Mayotte


Les images de la ville

 

Rien de tel qu'une pub pour refléter quelques aspects de la société..

 

Voici donc une des dernières campagnes locales de Yop (une nouvelle vient de s'afficher dans les rues de Mamoudzou cette semaine).

 

Il paraît que la publicité doit être évocatrice... Ces montages sont donc un concentré de messages : bouéni star, toute en couleur dans son salouva, sans complexe ; consommation de produits importés, chers, ne facilitant pas l'appentissage de l'équilibre alimentaire et encore moins celui de la gestion des déchets ; fruit local, typique ; marque internationale sur ce petit bout de terre... Inutile d'analyser, je laisse à chacun le soin de juger l'originalité ou le sens de ces images !

 

 

 

 

 

 

 

 

La troisième est toute aussi instructive... A l'heure où nous défendons l'identité de ce récent département, nous voici plongés dans l'histoire de France, avec pour héros un gars bien d'ici ! Drôle de mélange, et tout ça pour vendre une Ford Fiesta... mais à qui donc ? Les mahorais (si telle est la cible) ont pourant eux aussi mené des luttes et gagné des combats...

Sans autre commentaire.

 

 

 



Publié à 19:55 le 13/06/2011 dans Vie quotidienne
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Ah les cartons !

 

Je fus piquée il y a deux jours de recevoir une réclamation d'un individu dont je tairai le nom, mais dont la finesse d'esprit lui permettra de se reconnaître.

 

Voici donc plusieurs heures, cher chouchou préféré, que je m'énerve sur mon portable (puisque nous n'avons plus d'ordinateur familial) pour mettre à jour cet éminent blog. Je rappelle à tous nos chers internautes et amis que la connexion à Mayotte est un véritable calvaire ! Ce jour étant férié, j'ai donc décidé, dès l'aube, de me mettre à l'oeuvre et de satisfaire la curiosité de cet homme (la quarantaine, grand, joueur, parfois taquin).

 

Pour votre gouverne, cher ami (oui, je ne suis pas rancunière), nous avons terminé nos cartons et vivons désormais dans le dénuement le plus total. Les colis sont partis depuis une semaine et je n'ai gardé que l'essentiel : mon batteur électrique, les PMT, trois copies d'élèves, mes lentilles ainsi que mon mari et sa descendance. Le choix semble judicieux, nous surmontons brillamment cette épreuve et je pense que nous survivrons jusqu'au départ définitif. Ah, j'oubliais, Serge vient de retrouver une bouteille de punch malencontreusement égarée. Tu vois, nous sommes épanouis…

 

Quant à mon avenir professionnel, je ne dispose que du projet d'affectation, mais je peux révéler sans grand risque que je rejoindrai Alençon dans quelques mois. Je pourrai confirmer cela en fin de semaine prochaine aux amis et proches qui le souhaitent. J'enverrai un mail personnel à cet interlocuteur indélicat (viking, athlétique, lecteur assidu et grand voyageur) que je pardonne aisément. Je me prépare donc aux grands froids, aux routes verglacées et lèvres gercées. La saison ici s'y prête d'ailleurs à merveille : ce sont les alizées et nous sommes obligés de porter une laine en soirée.

 

Prépare toi donc, cher chouchou, j'ai réservé un carton pour les enfants et moi. Nous débarquons d'ici peu, je ne te fais pas l'affront d'y loger Serge. De toute façon, il n'y a plus de place, et je suis sûre que Cacahouette l'hébergera avec enthousiasme.

 



Publié à 19:00 le 13/06/2011 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Tout en douceur...

 

Drôle de forme qui nage délicatement à fleur d'eau.

 

Nous espérions tous cette rencontre... Les raies manta ne viennent dans les eaux mahoraises qu'à certaines périodes et les voir est assez rare : nous n'avions eu jusque là cette chance qu'à Madagascar !

 

Ces poissons majestueux se déplacent tout en douceur tant qu'on ne les dérange pas. Leurs "ailes" et leurs "gueules" sont impressionnantes mais la tranquilité des mouvements rassure. Evidemment, un battement un peu plus énergique les éloigne instantanément des piètres nageurs que nous sommes face à ces beautés aquatiques !

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 15:39 le 13/06/2011 dans Sous la mer...
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Tour de piste

 

Nous avons fini par donner envie aux enfants... C'est donc au tour de Maëlis de survoler l'île de beauté, pour fêter ses neuf ans !

Tout est OK pour cette belle aventure, d'autant plus qu'elle partage cette nouvelle expérience avec son amie Lou. Elles se suivront dans le ciel éclatant de soleil, avant de partager leurs sensations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 14:02 le 13/06/2011 dans Vie quotidienne
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Pêche au gros réussie !

 

Les envies de Gallien sont bien différentes de celles de Maëlis.

 

Direction la mer avec un pro de la pêche (non, ce n'est pas son père...), équipement assuré et prises superbes. Gallien s'est régalé et gardera un souvenir exitant de cet anniversaire.

 

Serge, naturellement, se devait d'accompagner son fils. Il a su profiter de cette occasion pour batailler avec un espadon voilier. Non, pas de cicatrices mais un sourire jusqu'aux oreilles !

 

Nous dégustons ce midi le fameux poisson, fumé par un ami... Un délice !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 13:01 le 13/06/2011 dans Vie quotidienne
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Plongée de nuit...

Ce 26 février, c'était l'anniversaire d'Elouan. Nous lui avons offert pour l'occasion une belle expérience : une plogngée de nuit.

Elouan plonge régulièrement, de jour, et avait très envie de découvrir le milieu marin... dans le grand noir.

Pour ne pas laisser mon fils seul, j'ai été contraint de l'accompagner. Sacrifice, quand tu nous tiens !

Bien sûr, nous étions tous les deux un peu angoissés à l'idée de nous immerger en pleine nuit, avec toutes ces bêtes à grandes dents qui rodent à la recherche d'un casse-croute au fond de l'eau. Mais l'envie de découvrir un monde très différent de ce que l'on peut voir durant la journée était bien plus forte que notre petite appréhension.

 

C'est donc parti pour une heure de plongée peu profonde (entre 8 et 15 mètres), avec les Happys Divers...

 

 

 

 

La flore est très différente la nuit, et de nombreuses variétés ne sont visibles qu'à ce moment là.

Ici, une Comatule ouvre et ferme ses multiples bras.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les crevettes sont particulièrement visibles la nuit, durant laquelle elles se nourissent. Nous en avons vu de multiples variétés, toutes plus belles les unes que les autres. Ces Grandes crevettes nettoyeuses sont magnifiques. Elles vivent généralement en couple.

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les nudibranches sont de petites limaces de mer,souvent difficiles à repérer. Elouan a du se glisser sous une belle acropore pour repérer ce spécimen, sans doute un Doris d'anne. Les couleurs jaunes et mauves sont époustoufflantes...

 

 

 

 

Ici, une Holothurie serpent s'est laissée admirer durant son repas. Elle filtre le sable avec les 15 longs tentacules munis de doigts à l'avant de son corps...

 

 

 

 

L'ambiance de nuit est très particulière. Très calme. On ne se déplace que dans le faisceau du phare de la palanquée. Partout ailleurs, autour de nous, la nuit est complète. C'est une sensation étrange, inhabituelle, et très agréable...

 

 



Publié à 16:36 le 27/02/2011 dans Sous la mer...
Commentaires (2) | Ajouter un commentaire | Lien

Attention... flèche !

 

Gallien pratique le tir à l'arc depuis septembre. Il détient désormais quelques "fléchettes" dignes des meilleures étoiles !

Notre Gallien de la Brousse fait preuve de patience et concentration, et progresse à grands pas dans cette activité inattendue. Nous avons fait connaissance avec ce club l'année dernière... et découvert Gallien sous un nouveau jour !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evidemment, Serge ne résiste pas à l'envie de lancer un défi à son fils ! Gallien se prête au jeu et lui prête exceptionnellement son arc, peu adapté à la taille d'un adulte. Mais cela fait si plaisir à son "petit Papa"...

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 10:34 le 26/02/2011 dans Vie quotidienne
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Fleur de cactus

 

Petit surprise au réveil : les boutures de cactus plantées s'épanouissent. Gallien et Elouan découvrent, ravis, "leur" première fleur. Cette petite plante provient d'un arbre cactus mesurant plus de trois mètres de haut et deux mètres de diamètre... Nous n'aurons pas le temps de voir cette pousse atteindre de telles dimensions, mais cette floraison est déjà un vrai plaisir !

 

 

 

 



Publié à 09:22 le 26/02/2011 dans Vie quotidienne
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Appétissant...

 

Les vacances, c'est aussi l'occasion de profiter de bons petits plats.

La Réunion s'y prête à merveille, rien qu'à voir les gamelles, on se pourlèche déjà les babines...

 

 

 

 

 

 

 

 

D'autres également se régalent, comme ce margouillat énorme ! Il suffit de le voir chasser pour comprendre son embonpoint !

 

 

 

 

 



Publié à 11:48 le 25/02/2011 dans Voyages...
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Marche sur le feu

 

De nombreuses religions se cotoient à la Réunion : catholicisme, hindouisme, islam, bouddhisme...

Chez les Hindous, les couleurs des temples, la variété des monuments attirent plus que jamais. Et c'est sans doute "la marche sur le feu" qui constitue le rituel le plus impressionnant.

 

A Saint Louis, près de St Pierre, nous avons pu assister à cette cérémonie, point culminant du Mahâbhârata, sans doute le plus grand spectacle de la foi des hindous. Des chars fleuris circulent toute la journée en ville, suivis d'une procession colorée et bruyante (chants, pétards, musique...).

A la tombée de la nuit, tout le monde se rassemble sur l'esplanade du temple, où est préparé depuis le matin l'espace accueillant la marche sur le feu.

 

 

 

 

 

Les divinités sont représentées sur leurs autels, une fosse creusée sur près de 30 centimètres est remplie de cendres, et des pétales de fleurs jonchent le sol, suivant des lignes très régulières. Cette préparation est en elle-même un spectacle.

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fois tous les fidèles installés (et les touristes aussi, bien sûr), le rituel peut commencer. Les cendres sont brûlantes, et laissent jaillir des gerbes de braises à chaque pas des hommes qui les affrontent. La douleur se lit sur les visages, notamment pour les initiés du jour, qui parcourent cette quinzaine de mètres pour la première fois.

Chaque homme traversera trois fois le couloir de cendres...

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette étape de la cérémonie achevée, les femmes (et quelques rares fillettes) contournent plusieurs fois le rectangle de cendres. Elles s'allongeant régulièrement au sol et se recouvrent de pétales de fleurs. Elles sont toutes vétues de jaune et chacune d'elles est accompagnée d'une proche qui semble la guider, la seconder.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le sacrifice du bouc est également saisissant. Les enfants, et notamment Maëlis, proche de la scène, furent ébahis lorsqu'un homme robuste tranchât d'un coup la tête de l'animal, à l'aide d'un sabre. Le bouc, massif et choisi parmi les plus beaux pour faire honneur aux divinités, est maintenu par deux "assistants". L'un d'eux parle doucement à l'oreille de l'animal avant l'instant fatal, c'est lui qui a "préparé" la bête à cette cérémonie et qui doit l'apaiser.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes heureux d'avoir pu participer à cette soirée, qui s'est terminée en chants, musique et distribution de cadeaux aux visiteurs (des fruits principalement). L'accueil que nous avaient réservé les Tamouls (Hindous) de Maurice avait été très chaleureux. Nous avons retrouvé cette même chaleur à la Réunion.

 

 



Publié à 16:50 le 12/02/2011 dans Voyages...
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Une belle expérience !

 

Les stages de découverte du monde professionnel pour les élèves de troisième... n'existent pas à Mayotte, faute d'un nombre suffisant d'entreprises !

 

Elouan a pu profiter de notre séjour à la Réunion pour effectuer le sien. Il est  parti le premier matin, un peu à l'improviste, ne sachant pas trop ce qui l'attendait : un stage de découverte dans un centre d'observation des tortues marines, un musée des espèces existantes à travers le monde, une entreprise d'accueil un peu hors norme nommée Kelonia, tout cela restait un peu vague. Pour nous, parents, cette découverte semblait prometteuse. Mais Elouan manquait sans doute de référence pour se sentir bien à l'aise le lundi qaund nous l'avons déposé à 7h à l'entrée du bâtiment...

 

Et pourtant, nous le retrouvions quelques heures après rayonnant, enthousiaste, racontant anecdotes et explications variées... Elouan a passé cinq jours fantastiques à soigner des tortues marines et terrestres et à cotoyer des professionnels passionnés. Bien sûr, il connaissait déjà ces animaux, Mayotte facilite grandement le contact avec les tortues vertes et imbriquées. Mais cette approche professionnelle est une nouvelle étape pour notre "grand" garçon, heureux d'avoir pu vivre ces moments dans un contexte hors norme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elouan nous accompagne pour une visite guidée. Il a acquis les connaissances et l'aisance nécessaires pour nous mener à travers le centre... Nous profitons de cette visite particulière !

 

 

 

 

 

 

Drôle de sensation que de voir une tortue derrière une baie vitrée...

Cela dit, les lieux sont très bien adaptés aux conditions de vie des tortues marines, et l'objectif final louable puisqu'il s'agit d'aider des animaux blessés ou malades à recouvrer leurs aptitudes à vivre en milieu naturel.

 

 

 

 

 



Publié à 18:09 le 23/01/2011 dans Voyages...
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Cirques et volcan vus du ciel

 

C'est parti pour un vol fabuleux et mémorable. Nous décollons depuis la base de St Paul, direction les Cirques et le volcan !

 

 

 

 

 

L'arrivée au-dessus de Mafate, puis Salazie est époustouflante. Il y a peu de nuages et la vue est dégagée.

Nous survolons ensuite la plaine des Palmistes.

Les sensations sont fortes : l'altitude est élevée et le relief, sous nos pieds, très impressionnant. De temps en temps la carlingue de l'ULM frémit. Ce n'est que la traversée d'un nuage ou le passage au-dessus d'un massif... Je m'accroche parfois, tout en gardant les yeux rivés sur ces paysages superbes.

 

 

 

 

 

C'est l'arrivée près du volcan de la Fournaise. Je reconnais les routes et les chemins que nous avons empruntés en famille... La Plaine des sables puis l'enclos apparaissent. C'est grandiose.

 

 

 

 

 

Je remarque la dernière coulée de lave, formée suite à une récente éruption : cinq jours avant notre arrivée, le volcan s'est manifesté ! Nous n'avons pas eu la chance d'y assister... Nous avons néanmoins pu approcher cette coulée encore fumante lors d'une randonnée.

 

 

 

 

 

Voici enfin le cratère Dolomieu (1100 mètres de long, 750 mètres de large, 350 mètres de profondeur).

Il est interdit de s'approcher de son sommet et nous n'en avons pas pris le risque... Mais quelle émotion de survoler ce trou béant et d'en découvrir ses couleurs étonnantes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour vers les cirques  : Cilaos puis Mafate. Vertigineux et si émouvant...Oui, j'ai un faible pour ces espaces ! Les arêtes aiguisées, les falaises abruptes, le chaos de ces formes rondes ou acérées me fascinent, depuis les sentiers escarpés et plus encore vus du ciel...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'aperçois le village de La Nouvelle où nous irons dans quelques jours... Après une randonnée de quelques heures, nous y dormirons en refuge. Le lieu n'est accessible que par des sentiers de randonnée, l'isolant ainsi de l'effervescence des côtes plus peuplées.

 

 

 

Ce fut un voyage extraordinaire!

 

 



Publié à 19:20 le 19/01/2011 dans Voyages...
Commentaires (3) | Ajouter un commentaire | Lien

Balade volcanique

 

De véritables sculptures ! Les anciennes éruptions du Piton de la Fournaise ont laissé sur la côte de l'île de la Réunion des coulées de laves particulières, très différentes les unes des autres en fonction de la rapidité du refroidissement, de la viscosité du liquide en fusion ou de sa composition.

 

A chaque pas sur ces anciennes coulées, nous pouvons admirer des détails différents.

 

 

 

 

 

 

Bien évidemment, les enfants ont trouvé de multiples "trésors" au milieu de ce champ de lave...

 

 

 

 

Ici, c'est une coulée sans doute très liquide qui a laissé son empreinte en 1986. Une véritable autoroute depuis le volcan jusqu'à la mer. Quelle régularité !

 

 

 

 

 



Publié à 18:04 le 19/01/2011 dans Voyages...
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Pêche locale et amertume...

 

 A la pêche aux crabes... dans la mangrove, par une belle journée d'hiver austral, à marée basse.

 

 

 

 Serge donne les dernières consignes pour atteindre les objectifs d'une équipe pleine d'entrain.

 

 

 

Gallien s'applique. L'activité lui plaît. C'est aussi un grand gourmand !

Comme sa maman, il décortique le crabe avec patience et concentration, et en oublie presque d'en manger tant la dissection de l'animal l'absorbe...

 

 

 

 

 

 

Les conseils donnés portent leurs fruits : les prises sont belles.

 

 

 

 

 

Nous sommes attirés par des pêcheurs non loin de nous. Ils ont étalés des filets de pêche sur toute la largeur de l'embouchure, piégeant ainsi les animaux allant et venant de la mangrove au lagon.

 

C'est une pêche interdite. La mangrove est connue pour être une véritable nurserie : beaucoup d'espèces viennent y frayer, les juvéniles s'abritant ainsi des prédateurs potentiels. Pourtant, cette pêche se poursuit. Il n'y a guère de contrôle et c'est un moyen d'attraper facilement du poisson. C'est aussi une détérioration du milieu naturel, dont les conséquences se font déjà ressentir lorsqu'on observe les prises...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pêche réalisée est médiocre : les poissons sont plutôt de petite taille (les gros sont au large...), certaines espèces sont à peine mangeables. Cela constituera néanmoins le repas des pêcheurs ce soir. Nous discutons avec eux, et finissons par nous approcher des filets pour sauver de jeunes raies prisonnières. Les pêcheurs ne mangent pas ce poisson : trop peu de viande...

 

Des dizaines de raies Pastenagues ou Léopard sont piégées. Elle sont difficiles à libérer : leur queue et nageoires s'emmêlent dans les mailles et il faut être attentif à ne pas recevoir de coup de fouet, certaines raies étant dangereuses. L'opération est délicate et la marée descendante. Nous ne parvenons pas à les dégager assez vite. Beaucoup d'entre elles meurent. C'est par dizaine que nous en abandonnons le long de la plage... Le spectacle est écoeurant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De jeunes tortues se sont également retrouvées coincées dans les filets. Nous intervenons... mais nous savons qu'à chaque grande marée cette pêche fait des dégâts irrémédiables et amenuise progressivement les ressources naturelles de l'île. Bien sûr, cela nourrit aussi les hommes. Pour encore quelques temps...

 

 

 

 

 

 



Publié à 13:03 le 9/12/2010 dans Vie quotidienne
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Plongée sur "Mini Lagon"

 

Sortie père et fils pour profiter des merveilles du lagon...

Elouan, désormais niveau 1, se balade avec aisance. Quant à Gallien, il lui faudra vieillir encore un peu pour pouvoir obtenir officiellement le niveau. Il est cependant déjà dans son élément, un peu rêveur ici aussi !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En voici un que Serge aurait aimé rapporter pour le déjeuner ! Mais les poissons sont méfiants : s'ils ne craignent pas les plongeurs pacifiques, ils repèrent efficacement les flèches des chasseurs en alerte.

 

 

 

 

 Ce poisson ci n'est pas destiné aux assiettes mais la murène vaut le coup d'oeil...

 

 

 

 



Publié à 18:44 le 8/12/2010 dans Sous la mer...
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

Moheli...

 

C'est parti pour un voyage en images à travers Mohéli, plus petite des quatre îles des Comores.

L'avion, petit mais costaud, attérit à Fomboni. L'aéroport est très sommaire, mais les passagers sont attendus avec le sourire. On est un peu surpris du montant des taxes annoncées : elles ont récemment augmenté fortement, nous n'en savions rien, curieux mais, allez tant pis, on a hâte de découvrir le pays.

 

 

 

 

Après un trajet cahotique en mini bus, nous arrivons à Itsamia. C'est ici que les tortues viennent pondre en masse. D'autres plages ont bien sûr leurs faveurs, mais celle-ci est très prisée. Les herbiers, la flore protectrice nécessaire à la nidification, l'absence de civilisation... sont autant de facteurs indispensables au bien être des tortues.

 

Nous logeons dans un bungalow retiré, au milieu des baobabs. Pas d'eau courante mais une vue exceptionnelle !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les maisons sont faites avec les matériaux locaux : bois, feuilles de palme, terre et même coraux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le village d'Itsamia est très pauvre. Ses habitants se sont réunis en association afin de partager les biens collectés et organiser différents services. Le tourisme est une source de revenus non négligeable... mais encore trop rare.

 

 

 

 

 

Voilà une habitante du bungalow. Terrible ! Heureusement elle n'a pas survécu à l'assaut de Serge. La chambre pour une nuit nous était réservée... J'ai constaté avec inquiétude que d'autres congénères sortaient à la tombée de la nuit. La moustiquaire a finalement suffi à rassurer mon esprit et aucune attaque ne fut engagée ! Vive l'aventure...

 

 

 

 

Soleil couchant, nous espérons voir une émergence de tortues... en vain. Nous assisterons à une ponte quelques heures plus tard, plusieurs tortues sont montées au cours de la soirée, nous avons eu l'embarras du choix !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Balades, rencontres et découvertes des terres rythment nos journées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici notre carrosse, confort minimum mais véhicule très résistant !

 

 

 

 

Soirée anniversaire... à Nioumachoua, deuxième village de Mohéli. Les repas sont basiques, mais ce soir, nous avons un gâteau pour fêter l'événement !

 

 

 

 

En face de nos nouveaux bungalows, la vue est toujours aussi fabuleuse. Les enfants profitent des jeux locaux et font connaissance avec les écoliers qui viennent chaque jour sur la plage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Randonnée avec guides indispensables... Nous profitons d'une rencontre fortuite pour acheter des légumes frais. Au retour les  enfants sauvent un oisillon, toute une aventure ! Finalement, il retrouvera ses forces et sa liberté...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cuisine locale, au menu : langoustes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les clous de girofle, production importante de Mohéli, sèchent au soleil et font ressortir leur arôme...

 

 

 

Face à Nioumachoua, plusieurs îlots abritent des plages magnifiques. Des sentiers escarpés nous mènent ensuite à des points de vue incroyables. Au retour, nous nous régalons du poisson pêché dans la matinée, un délice ! Et tout se mange...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dernier lieu de vilégiature : Ouallah. Le cadre est toujours aussi splendide. De ce village, nous découvrons la forêt primaire, où de petites sangsues nous attendent... Elles sont inoffensives mais grimpent avec agilité le long de nos chaussures. Nous inspectons à tour de rôle nos guiboles, tout en traversant la végétation tropicale !
 

 

 

 

 

 

 

Nous quittons la forêt et notre guide naturaliste passionnant, c'est le dernier jour sur Mohéli...

 

 

 

 

 

 

 

Revenir à Mayotte s'est avéré compliqué, l'avion qui devait nous ramener est parti avant l'heure, nous laissant bien démunis sur cette île isolée...

Heureusement, les habitants sont très serviables et nous avons, après une journée de recherche, trouvé un moyen de rentrer. C'est soulagés que nous avons embarqué de nuit sur le Tawakal, bateau de pêche brinquebalant... Après quinze heures de navigation, via Anjouan, nous avons rejoint Mayotte, épuisés. Ce dernier souvenir est désormais une anecdote amusante parmi toutes les images et émotions merveilleuses que nous portons en nous !

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 19:28 le 20/11/2010 dans Voyages...
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Mayotte vue du ciel

 

 

Mayotte est une île fantastique au niveau des paysages. En rando, sur les plages, au bord de l'eau ou sous l'eau, on se régale.

Mais alors vue du ciel... C'est EXTRAORDINAIRE.

 

Nous avons eu la chance de survoler notre belle île à bord de deux petits ULM. Plus précisément, le tour du "sud sauvage". Pour ceux qui connaissent : départ de Dapani, au sud, survol de la plage de N'Gouja, le récif sud, remontée à l'ouest jusqu'à l'îlot de Sada, puis on coupe l'île à droite du Mont Combani pour déboucher, à l'est, entre Passamainti et M'Tsapéré, droit sur la "passe en S".

La redescente est magnifique, avec un survol de tout le récif sud-est,  de l'ilôt Bandrélé, du récif Bambo, pour atteindre à la pointe sud l'îlot de sable blanc.

 

Le survol du Mont Choungui est également spectaculaire, plus mouvementé, et le caillou mythique à son sommet paraît bien petit vue d'en haut.

 

Nous avons choisi de faire ce vol de 45 minutes à marée très basse, afin que le récif de corail se découpe très nettement. On vous laisse admirer les paysages...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 C'était FANTASTIQUE. Merci *

Les * se reconnaîtront !

 



Publié à 19:14 le 9/10/2010 dans Paysages et flore
Commentaires (5) | Ajouter un commentaire | Lien

La mosquée de Tsingoni

 

La mosquée de Tsingoni est l'une des plus anciennes, encore intacte, à Mayotte. Elle a été construite en 944 de l'Hégire, (944 X 0,97) + 622) soit en 1538...

C'est une mosquée remarquable ici car Tsingoni était la capitale des sultans de Mayotte, entre le XVIème et le XVIIIème siècle. A l'origine, il n'y avait pas de minaret. Le muezzin montait sur le toit pour appeler à la prière.

 

 

 

 

La mosquée a été construite par des Shiraziens, premiers sultans de Mayotte. Ils étaient originaires de Shiraz, ville commerçante musulmane de Perse, qu'ils ont fuie à cause de conflits religieux.

 

 

Le mihrab est un renfoncement dans le mur de la qibla qui indique la direction de la Mecque. Sur les côtés, des inscriptions en arabe permettent de connaître la date de la construction de la mosquée.

 

 

 

 

La mosquée initiale mesure seulement douze mètres de long sur dix mètres de large. Mais elle a subi progressivment des aménagements, remaniée une première fois dans les années 1850 et plus récemment encore avec la construction à l'étage d'une grande salle de prière.

 

Deux accès différents permettent aux femmes et aux hommes d'y entrer, les lieux de prière étant séparés.

 

 

 

 

 

Au même titre que les églises, ces monuments sont riches en histoire et symbole de l'empreinte de l'homme sur des civilisations. Ici comme ailleurs, la religion est aussi un carcan qui véhicule des idées et traditions parfois regrettables.

 



Publié à 12:49 le 3/10/2010 dans Culture et tradition
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Plongée à Cocaine

 

Les plongées à Mayotte offrent toujours l'occasionde belles rencontres.

Partager ces instants avec les garçons (Maëlis étant trop petite pour plonger en profondeur) est très sympa.

 

 

Un petit crabe trouve protection dans une anémone...

 

 

 

Des carangues bleues ont passé plusieurs minutes à nous tourner autour. On aurait presque pu les toucher !

 

 

 

La murène dragon, espèce assez rare, est vraiment toute petite, et donc difficile à repérer. Merci à l'oeil vigilant de Caroline...

 

 

 

Les murènes javanaises, par contre, mesurent plus d'1 mètre. On ne peut pas les rater !

 

 

 

Le site de Cocaine est aussi remarquable pour ses spécimens de poissons-feuille, parfaitement immobiles et aux couleurs surprenantes....

 

 

 

 



Publié à 21:01 le 28/09/2010 dans Sous la mer...
Commentaires (1) | Ajouter un commentaire | Lien

Mariage à Tsingoni

 

Un grand moment d'émotion ! Marie et Hamada se marient. Dans l'urgence... car Marie n'a eu la réponse officielle que le jeudi, pour le samedi suivant. Comme pour beaucoup de choses, tout ne fonctionne pas comme en métropole et les procédures sont parfois surprenantes.

 

Ce mariage est très important pour eux, cela leur donnera une perspective un peu plus optimiste de l'avenir. Au delà de l'engagement amoureux (il existe déjà), c'est l'officialisation de leur lien et l'ouverture de droits primordiaux.

 

 

 

 

Nous sommes fiers et émus d'avoir été invités. L'organisation est étonnante : chacun a préparé quelque chose à manger. Nous nous installons tous autour d'une immense table que nous avons préparée avant l'arrivée du maire : chacun dispose d'une assiette garnie de gâteaux et samoussas, et d'une boisson.

Nous nous asseyons pendant le discours, puis nous mangeons tous ensemble en bavardant.

 

L'ambiance est très conviviale, solennelle aussi. Marie et Hamada ont tenu à rendre hommage à Cécile qui les avait aidés dans les multiples démarches administratives nécessaires à ce mariage. C'est un moment bouleversant, important sans doute pour Marie et Hamada qui n'ont pu jusqu'alors se recueillir avec nous tous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié à 19:08 le 28/09/2010 dans Culture et tradition
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien
Page précédente
Page 1 sur 6